« Mais pourquoi est-il à Marseille ? » : quand les médias délirent sur les vacances de Macron

par Étienne Girard , pour Marianne, à lire sur marianne.net


Si les travaux d’Hercule avaient été au nombre de treize, le dernier l’aurait sans doute obligé à devenir journaliste politique pour tenter de rédiger un article percutant en plein mois d’août… Visez la gageure : le Parlement a achevé sa session extraordinaire mercredi dernier, tandis que l’action gouvernementale connaît sa trêve annuelle. Comme beaucoup de Français, les ministres s’octroient un peu de repos, à la plage ou ailleurs. C’est à peine croyable mais il semblerait que les antichambres du pouvoir aient tout à coup cessé d’élaborer des coups de billard à douze bandes ! En somme… il ne se passe plus grand-chose. A tel point qu’il faudrait presque se résoudre à vivre pendant quelques jours sans ces analyses politico-stratégiques serrées qui font le sel des médias français. Presque, car les journalistes en mal d’actualité disposent à cette période de l’année d’une carte-joker miraculeuse, d’un atout-maître qu’ils ne se privent jamais d’utiliser : les vacances du président de la République.

Si vous faites partie de la poignée de Français restée en marge de la révélation, sachez donc que les Macron se reposent à Marseille, et non en Italie ou en Grèce comme des confrères étrangers ont imprudemment osé l’avancer. Cette information qui ne mange pas de pain a été dévoilée par le JDD, ce dimanche 13 août. L’article très documenté de l’hebdomadaire dominical nous permet d’apprendre qu’Emmanuel et Brigitte se ressourcent dans la résidence avec piscine du préfet des Bouches-du-Rhône, située sur les hauteurs – chics – du chef-lieu départemental. Le fanatique du fondateur d’En Marche ou le maniaque des détails people aura même pu noter les grandes lignes de l’agenda présidentiel : comme de nombreux Français, le couple présidentiel se balade et va au musée. Soit.

Municipales + ENA + Hollande…

Fin du carnet de voyage roya… euh, présidentiel ? Pas vraiment. Ce lundi 14 août, le sujet rebondit dans de nombreux titres, qui se sont donné pour mission de nous éclairer sur les raisons qui ont poussé le couple Macron à prendre la direction de la cité phocéenne. Eh oui, « pourquoi Marseille », tiens donc ?!

A lire ces analyses, le Président aurait joint l’utile à l’agréable en choisissant une destination qui peut lui rapporter politiquement… La thèse n’est pas totalement extravagante, même si la réflexion d’un président de la République allant en vacances part plutôt de la question inverse : il s’agit avant tout d’éviter les endroits politiquement nuisibles. Depuis Nicolas Sarkozy et sa virée sur un yacht estampillé Bolloré à Malte, en 2007, on sait par exemple que les Français jugent sévèrement les vacances trop bling-bling. Et cinq ans plus tard, François Hollande, avec sa virée en TGV valise à la main pour des vacances Bidochon sur la plage, a montré que le trop simple ne paie guère plus.

Cela étant, faut-il vraiment appliquer une grille de lecture politique au moindre battement de cil d’Emmanuel Macron ? Certains médias en sont persuadés et voient en lui une sorte de cyborg au cynisme sans limites, qui part en vacances avec son épouse en ayant parfaitement imaginé TOUTES les implications politiques de son déplacement d’une dizaine de jours. OM + municipales + ENA + Hollande : à lire les articles du jour, telle serait en effet l’équation qui a guidé le choix du chef de l’Etat…

Jogging en maillot de l’OM

Pour Le Parisien, qui consacre une demi-page à ce sujet brûlant, le Président aurait d’abord choisi Marseille parce qu’il aime son club de football, l’OM. Il profiterait donc de ce voyage pour rappeler qu’un cœur de supporter bat en lui, ce qui fait toujours son petit effet auprès de ceux qui partagent cette passion. Preuve en est, Emmanuel Macron a été vu vendredi dernier effectuant un jogging le long du Prado avec le maillot olympien sur les épaules. Un fan de l’OM qui aime Marseille, jusque-là, pas de quoi se faire des nœuds dans la tête.

Mais au-delà de ce clin d’œil, le quotidien se demande si le chef de l’Etat ne chercherait pas, à travers le choix de cette ville réputée populaire, à faire oublier son statut d’énarque, habitué des cercles parisiens. Tarabiscoté, le raisonnement ? Pas forcément étonnant, puisqu’il est poussé par… Bernard Tapie. Pour l’homme d’affaires, il s’agit là d’un « bon coup politique » car Marseille « n’est pas une ville bling-bling, c’est l’anti-Nice« . L’ex-député PS Patrick Mennucci abonde à son tour, relevant : « C’est plus malin que d’aller au bord d’un lac américain pour milliardaires, comme l’avait fait Sarkozy« .

Europe1.fr fait la même analyse que l’ex-candidat à la mairie de Marseille, en y ajoutant une pincée d’anti-hollandisme. Si Emmanuel Macron n’a pas choisi le Fort de Brégançon, pourtant situé dans la même région Paca, c’est pour se démarquer de son prédécesseur, François Hollande. Ces assertions, difficilement contestables, n’expliquent toutefois pas pourquoi Emmanuel Macron a choisi précisément Marseille, et pas une autre ville populaire où il fait beau.

Message à Mélenchon

Le Parisien a encore une piste dans son sac, relayée par plusieurs médias, que voici : si l’actuel Président bulle en polo Lacoste sur la Canebière, ce pourrait être tout simplement… pour préparer les municipales de 2020 ! Pas pour sa propre candidature bien sûr, mais pour celle de son parti. Le sociologue macroniste Jean Viard agite l’hypothèse, lisant même dans ces vacances un message envoyé à Jean-Luc Mélenchon : « Ne soyons pas naïfs. Jean-Luc Mélenchon veut prendre Marseille, Jean-Claude Gaudin ne se représente pas, donc la question de l’avenir politique de la ville est en jeu« . Alors là, on est dans la haute vision présidentielle : quel stratège que ce Manu, derrière son simple maillot de l’OM ! Un peu glaçant, tout de même, surtout pour Brigitte si la naïve pensait passer un moment avec son époux loin de la politique et sans arrière-pensée.

Finalement, aucun de ces fins analystes n’a osé avancer cette audacieuse raison, qu’on vous livre ici tout de go :

Parce que Marseille, c’est cool et qu’il y fait beau !

Manifestement, ce serait une explication trop bas de plafond pour ce Jupiter que d’aucuns, parmi nos confrères et consœurs, ont placé sur un piédestal. On leur conseillerait, à eux aussi, de profiter des vacances macroniennes pour aller se reposer un peu : l’année a été éprouvante…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *