« Mais pourquoi est-il à Marseille ? » : quand les médias délirent sur les vacances de Macron

par Étienne Girard , pour Marianne, à lire sur marianne.net


Si les travaux d’Hercule avaient été au nombre de treize, le dernier l’aurait sans doute obligé à devenir journaliste politique pour tenter de rédiger un article percutant en plein mois d’août… Visez la gageure : le Parlement a achevé sa session extraordinaire mercredi dernier, tandis que l’action gouvernementale connaît sa trêve annuelle. Comme beaucoup de Français, les ministres s’octroient un peu de repos, à la plage ou ailleurs. C’est à peine croyable mais il semblerait que les antichambres du pouvoir aient tout à coup cessé d’élaborer des coups de billard à douze bandes ! En somme… il ne se passe plus grand-chose. A tel point qu’il faudrait presque se résoudre à vivre pendant quelques jours sans ces analyses politico-stratégiques serrées qui font le sel des médias français. Presque, car les journalistes en mal d’actualité disposent à cette période de l’année d’une carte-joker miraculeuse, d’un atout-maître qu’ils ne se privent jamais d’utiliser : les vacances du président de la République.

Si vous faites partie de la poignée de Français restée en marge de la révélation, sachez donc que les Macron se reposent à Marseille, et non en Italie ou en Grèce comme des confrères étrangers ont imprudemment osé l’avancer. Cette information qui ne mange pas de pain a été dévoilée par le JDD, ce dimanche 13 août. L’article très documenté de l’hebdomadaire dominical nous permet d’apprendre qu’Emmanuel et Brigitte se ressourcent dans la résidence avec piscine du préfet des Bouches-du-Rhône, située sur les hauteurs – chics – du chef-lieu départemental. Le fanatique du fondateur d’En Marche ou le maniaque des détails people aura même pu noter les grandes lignes de l’agenda présidentiel : comme de nombreux Français, le couple présidentiel se balade et va au musée. Soit.

Municipales + ENA + Hollande…

Fin du carnet de voyage roya… euh, présidentiel ? Pas vraiment. Ce lundi 14 août, le sujet rebondit dans de nombreux titres, qui se sont donné pour mission de nous éclairer sur les raisons qui ont poussé le couple Macron à prendre la direction de la cité phocéenne. Eh oui, « pourquoi Marseille », tiens donc ?!

A lire ces analyses, le Président aurait joint l’utile à l’agréable en choisissant une destination qui peut lui rapporter politiquement… La thèse n’est pas totalement extravagante, même si la réflexion d’un président de la République allant en vacances part plutôt de la question inverse : il s’agit avant tout d’éviter les endroits politiquement nuisibles. Depuis Nicolas Sarkozy et sa virée sur un yacht estampillé Bolloré à Malte, en 2007, on sait par exemple que les Français jugent sévèrement les vacances trop bling-bling. Et cinq ans plus tard, François Hollande, avec sa virée en TGV valise à la main pour des vacances Bidochon sur la plage, a montré que le trop simple ne paie guère plus.

Cela étant, faut-il vraiment appliquer une grille de lecture politique au moindre battement de cil d’Emmanuel Macron ? Certains médias en sont persuadés et voient en lui une sorte de cyborg au cynisme sans limites, qui part en vacances avec son épouse en ayant parfaitement imaginé TOUTES les implications politiques de son déplacement d’une dizaine de jours. OM + municipales + ENA + Hollande : à lire les articles du jour, telle serait en effet l’équation qui a guidé le choix du chef de l’Etat…

Jogging en maillot de l’OM

Pour Le Parisien, qui consacre une demi-page à ce sujet brûlant, le Président aurait d’abord choisi Marseille parce qu’il aime son club de football, l’OM. Il profiterait donc de ce voyage pour rappeler qu’un cœur de supporter bat en lui, ce qui fait toujours son petit effet auprès de ceux qui partagent cette passion. Preuve en est, Emmanuel Macron a été vu vendredi dernier effectuant un jogging le long du Prado avec le maillot olympien sur les épaules. Un fan de l’OM qui aime Marseille, jusque-là, pas de quoi se faire des nœuds dans la tête.

Mais au-delà de ce clin d’œil, le quotidien se demande si le chef de l’Etat ne chercherait pas, à travers le choix de cette ville réputée populaire, à faire oublier son statut d’énarque, habitué des cercles parisiens. Tarabiscoté, le raisonnement ? Pas forcément étonnant, puisqu’il est poussé par… Bernard Tapie. Pour l’homme d’affaires, il s’agit là d’un « bon coup politique » car Marseille « n’est pas une ville bling-bling, c’est l’anti-Nice« . L’ex-député PS Patrick Mennucci abonde à son tour, relevant : « C’est plus malin que d’aller au bord d’un lac américain pour milliardaires, comme l’avait fait Sarkozy« .

Europe1.fr fait la même analyse que l’ex-candidat à la mairie de Marseille, en y ajoutant une pincée d’anti-hollandisme. Si Emmanuel Macron n’a pas choisi le Fort de Brégançon, pourtant situé dans la même région Paca, c’est pour se démarquer de son prédécesseur, François Hollande. Ces assertions, difficilement contestables, n’expliquent toutefois pas pourquoi Emmanuel Macron a choisi précisément Marseille, et pas une autre ville populaire où il fait beau.

Message à Mélenchon

Le Parisien a encore une piste dans son sac, relayée par plusieurs médias, que voici : si l’actuel Président bulle en polo Lacoste sur la Canebière, ce pourrait être tout simplement… pour préparer les municipales de 2020 ! Pas pour sa propre candidature bien sûr, mais pour celle de son parti. Le sociologue macroniste Jean Viard agite l’hypothèse, lisant même dans ces vacances un message envoyé à Jean-Luc Mélenchon : « Ne soyons pas naïfs. Jean-Luc Mélenchon veut prendre Marseille, Jean-Claude Gaudin ne se représente pas, donc la question de l’avenir politique de la ville est en jeu« . Alors là, on est dans la haute vision présidentielle : quel stratège que ce Manu, derrière son simple maillot de l’OM ! Un peu glaçant, tout de même, surtout pour Brigitte si la naïve pensait passer un moment avec son époux loin de la politique et sans arrière-pensée.

Finalement, aucun de ces fins analystes n’a osé avancer cette audacieuse raison, qu’on vous livre ici tout de go :

Parce que Marseille, c’est cool et qu’il y fait beau !

Manifestement, ce serait une explication trop bas de plafond pour ce Jupiter que d’aucuns, parmi nos confrères et consœurs, ont placé sur un piédestal. On leur conseillerait, à eux aussi, de profiter des vacances macroniennes pour aller se reposer un peu : l’année a été éprouvante…

​Robert Vigouroux, le maire qui voulait « soigner Marseille comme on soigne une tumeur au cerveau »

Article de Robin Gabaston pour Marianne, à lire en ligne sur marianne.net


Robert Vigouroux, sénateur et maire de Marseille de 1986 à 1995, est décédé ce week-end du 9 juillet à l’âge de 94 ans. Michel Peraldi*, sociologue et co-auteur de Gouverner Marseille, enquête sur les mondes politiques marseillais revient pour Marianne sur le mandat de ce neurochirurgien reconnu, qui a succédé de manière surprenante à Gaston Defferre dont il était proche. Sa candidature dissidente aux municipales en 1989 lui coûtera sa carte au Parti socialiste. En 1995, Robert Vigoureoux sera dans l’impossibilité politique de se représenter et verra Jean-Claude Gaudin, l’actuel édile LR, lui succéder. Entre Defferre et Gaudin, ces deux barons locaux, il fera bien plus qu’assurer la transition.

Marianne : À la mort de Gaston Defferre, comment se passe la nomination de Robert Vigouroux à la mairie de Marseille ?

Michel Peraldi : Robert Vigouroux a été le maire des réseaux parisiens, de Mitterrand, d’Edmonde Charles-Roux (journaliste, romancière et veuve de Defferre, décédée en 2016, ndlr). Il est choisi un peu par défaut par une série de gens qui avaient conscience que le système politique local était au bout de ses possibilités, que la ville entrait dans une crise économique et sociale et qu’il fallait une alternative. Les politiques locaux étaient incapables d’assumer cela.

Il est celui qui a permis à l’Etat de revenir à Marseille, qui en avait besoin. Lorsqu’il disait qu’il était le maire d’Euroméd (Euroméditerranée, projet d’urbanisme du quartier de la Joliette lancé officiellement en 1995 et financé par les collectivités dont l’Union Européenne et l’Etat, ndlr), il avait raison et illustre parfaitement ce fait. Ce projet est celui de l’Etat.

Il a été un maire de consensus à une époque où il y en avait besoin.

Comment s’impose-t-il dans le contexte politique local pour devenir plus qu’un maire intérimaire ?

Si vous ne souhaitez pas voir de publicité basée sur des données comportementales anonymes, vous pouvez le demander conformément à la régulation OAB.

If you as a publisher have any complaints about one of the ad creatives, please visit the following link to receive detailed information about the advertiser.

Il a probablement été un grand maire de consensus. Dans l’histoire de la ville, il est le seul qui ait remporté tous les secteurs à une élection municipale (en 1989). Il est arrivé à transcender les notabilités locales.

Il avait pour lui un petit groupe de socialistes un peu usés par le système, peut-être aussi une partie de la droite qui en a profité pour se reconstruire sous son mandat. Il bénéficiait aussi des appuis de l’Etat et de toute une partie de la fonction publique. Pendant quelques années, toutes les administrations sur Marseille lui ont été très favorables.

C’était un maire très rationaliste, technocrate. Il filait souvent la métaphore médicale qui plaisait aux technocrates. Il déclarait: « Je vais soigner Marseille comme on soigne une tumeur au cerveau ». Il a été un maire de consensus à une époque où il y en avait besoin.

Defferre s’appuyait sur des réseaux clientélistes forts, comment Vigouroux se positionnait vis-à-vis d’eux ?

Robert Vigouroux était très lucide sur le fait que ces réseaux étaient le problème et il est passé par dessus en s’entourant de déçus du clientélisme. Ces gens là ont été pris dans l’illusion de penser qu’on pouvait bâtir une alternance technocratique, transparente et efficace au clientélisme.

Il s’est donc appuyé sur des réseaux nationaux. Sa campagne électorale de 1989 le montre. Edmonde Charles-Roux a orchestré une mobilisation nationale qui lui a permis de se donner une stature qu’il n’avait pas au niveau local.

Dans son bilan, on compte de grands projets comme le lancement d’Euroméditerranée, la création de la première métropole (Marseille-Provence Métropole). Que reste-t-il d’autre aujourd’hui ?

On lui doit la reconquête de l’espace public sur Marseille et le retour de l’Etat, qui avait quasiment disparu comme investisseur. Par exemple, sans lui, il n’y aurait pas un parking dans le centre-ville. Pour en faire à Marseille il faut soit les imposer par la force, soit négocier pendant 15 ans. Vigouroux a aussi commencé le travail de libération de l’espace sur le vieux Port dont on voit le bout aujourd’hui.

Plus contemporain, on a le Mucem, né de la volonté de l’Etat. Gaudin l’a géré mais Vigouroux l’a orchestré, comme Euroméditerranée d’ailleurs. Quand il disait que Gaudin reprenait tous ses dossiers, il avait absolument raison. C’est cependant plus l’Etat qui a fait, que Vigouroux lui-même.

Enfin, si à un moment Marseille a été une ville culturelle, c’est à lui qu’on le doit. Christian Poitevin, son adjoint à la culture, avait les mains libres et son soutien pour agir. Le couple a déclenché le peu de politique culturelle qu’il y a eu à Marseille en 60 ans. La friche de la Belle de Mai, c’est Poitevin par exemple.

« Vigouroux faisait beaucoup de technocratie et peu de théâtre. Il l’a payé »

Vous dites dans votre livre Gouverner Marseille que Vigouroux a voulu administrer sa ville en s’appuyant sur des techniciens et la société civile mais « avait fini par exaspérer tout le monde ». Vous le qualifiez même d’« ennemi de la scène politique locale »…

Ses qualités sont devenues des défauts. Il était tellement sûr de lui et de sa rationalité aménageuse qu’il n’écoutait personne. Il dédaignait et méprisait les notables locaux, les vieux caciques. En plus, il ne faisait aucun effort pour parler en public, faire des discours, dans une ville où il faut un coté théâtral pour exister politiquement. Sur ce plan, il était nullissime. Il faisait beaucoup de technocratie et peu de théâtre. Il l’a payé. En fait, il était l’antithèse complète d’un Gaudin.

Pourquoi ne se représente-t-il pas en 1995 ?

En 1995, il est fini politiquement. Pendant son mandat, la droite s’est reconstituée, Gaudin a récupéré les réseaux de Defferre.

Peut-on s’attendre à l’émergence d’une figure dans le style de Robert Vigouroux d’ici aux élections municipales de 2020 et la succession attendue de Jean-Claude Gaudin ?

C’est impossible à prévoir, il y a une telle conjonction de facteurs. Gaudin est aujourd’hui dans la position où était Defferre. Celle du maire qui refuse de se donner un héritier. Les gens comme eux ne conçoivent pas de se nommer un successeur, ce sont des chefs de bande qui prennent le pouvoir.

« Gaudin qui soutient Muselier, c’est un pendaison »

Pourtant, Renaud Muselier (président LR de la région PACA) est annoncé avec cette casquette d’héritier de Gaudin…

Il va soutenir Muselier de façon à lui mettre 2 kg de peaux de bananes dans les pattes. Ce n’est plus un soutien c’est une pendaison. Les gens comme lui sont des loups solitaires, ils arrivent au pouvoir et veulent y mourir. Gaudin m’a déjà dit qu’il rêvait de mourir assis derrière son fauteuil à la mairie. Il rêve de pousser le mimétisme avec Defferre à ce point.

Pour la succession, les choses dépendront de l’Etat, exactement comme après Defferre. C’est l’acteur politique clé de la ville, le premier employeur, aménageur et promoteur. Cela pourrait aussi dépendre de la métropole (Aix-Marseille Provence, née en 2014 de la fusion de 6 métropoles des Bouches-du-Rhône, ndlr) mais pour l’instant, elle n’a pas d’existence politique, seulement institutionnelle.

*Michel Peraldi, sociologue, directeur de recherche au CADIS, CNRS/EHESS, est co-auteur de « Gouverner Marseille, Enquête sur les mondes politiques marseillais » (La Découverte, 2005) et « Sociologie de Marseille (La Découverte, 2015).